Sélectionner la page

Vers de nouveaux horizons

4 juin 2015 | 6 Commentaires 

Une « petite » lecture de 10 minutes

J’ai beau changer régulièrement de positionnement ou d’offre, mon site est souvent à la traîne.

Cet article est l’occasion pour moi de faire un point sur mon activité, d’annoncer clairement où j’en suis et surtout les projets qui m’attendent.

C’est probablement le plus gros changement de ma toute jeune carrière. Et je n’ai jamais été aussi motivé à lancer de nouveaux projets.

Pourquoi partir sur autre chose ?

J’ai commencé à vendre mes services sur ce site en 2012 et il faut dire que le référencement a bien fait son travail. C’est ainsi que j’ai eu mes premiers contrats de création de sites. Les demandes ont commencé à arriver : la machine était lancée. J’ai ainsi pu me lancer à plein temps en janvier 2013.

J’ai petit à petit gravi les échelons, j’ai rajouté des cordes à mon arc, j’ai augmenté mes tarifs et fidélisé mes clients. Mais les choses ont changé d’une manière bien plus profonde.

L’arrêt de mon projet musical

En juin 2014, Romain me propose de réveiller notre projet musical qui stagne depuis des lustres. L’ambition est de se rendre visible, de montrer au monde ce qu’on fait et de viser une carrière internationale.

Ni une ni deux, je réfléchis aux moyens de me libérer deux jours par semaine pour les consacrer à la musique. Et j’en viens donc à arrêter la création de site internet (trop chronophage et peu rentable) pour favoriser la formation. Mission réussie : de septembre à décembre lui et moi arrivons à peu près à se tenir à deux journées de musique par semaine.

En 4 mois nous reprenons goût à travailler ensemble, on s’attaque à des reprises sur Youtube pour se refaire la main puis on prépare en parallèle des compositions. Mais nous n’avions encore jamais passé autant de temps ensemble et les relations ne sont pas au beau fixe.

Vidéos Youtube TwoHoursLeft

Notre petit « palmarès » au bout de 4 mois de travail

On mettra fin à notre collaboration à en janvier 2015 après avoir sorti 4 reprises sur Youtube. À ce jour elles sont toujours en ligne et on cumule fièrement plus de 50 000 vues. Mais nous n’aurons pas eu le temps de reprendre la composition alors même que cela semblait prometteur.

À l’issue du projet, en février 2015, je me retrouve donc avec deux jours de libre par semaine. C’est l’occasion de s’en servir pour clore les projets qui traînent mais c’est également le moment de ranimer quelques projets d’entreprises laissés de côté.

L’envie de quelque chose de grand

Je regrette de ne pas avoir mieux communiqué sur mon activité depuis le début. J’aurais du bloguer de façon plus régulière pour nouer plus de relations, pour susciter encore plus la chance… Mais je me suis laissé entraîné dans un quotidien pas si passionnant que ça.

Cette fois-ci je veux avoir de l’impact, je veux laisser une trace. « Les paroles s’en vont, les écrits restent » comme on dit. Et bien je vais prendre le proverbe au pied de la lettre, il est temps que je produise du contenu.

Beaucoup de contenu. C’est presque la condition du succès aujourd’hui lorsque l’on lance une initiative en ligne.

Puis c’est enfin l’occasion de jouer sur les leviers que je recommande depuis si longtemps. Notamment les stratégies de contenu et le Content Marketing qui me font de l’oeil. Sans parler des effets que cela aura sur le référencement naturel !

Je ne vous en dis pas plus quant à cette prochaine aventure entrepreneuriale mais elle va arriver très bientôt. Et cette fois-ci je saurai communiquer correctement dessus !

De nouvelles routines pour une nouvelle vie

Afin d’accompagner ces nouvelles ambitions, il me faut un quotidien à la hauteur. Et la lecture récente de The Miracle Morning a été l’élément déclencheur. Je vous reparlerai de ce livre très bientôt sur le blog.

Levé à 3h30 ce matin. MOTIVATION !

A photo posted by Nicolas Richer (@nicolasricher) on

Réveil matinal, sport et alimentation

Grosse nouveauté : je me lève à 4h00 tous les jours.

Et pour ceux qui trouveraient ça fou, ça ne l’est pas tant que ça : je dors 6h par nuit. Exactement comme quelqu’un qui se coucherait habituellement à minuit et se lèverait à 6h00. Je me couche juste plus tôt.

Les deux premières heures de la journée me sont dédiées : je tiens un journal, je fais du sport (running/yoga un jour sur deux), je médite, je lis… Une fois ces routines finies, je peux commencer la journée avec une énergie d’enfer !

J’ajoute à ça de l’activité sportive tous les jours (entraînement de résistance ou marche) puis un nouveau régime alimentaire qui fait la chasse aux produits transformés. Je bannis également le sucre, le lait, la farine et la friture.

Sauf un soir par semaine où je vous conseille de ne pas me croiser : c’est la nuit de tous les excès.

Bref, plutôt que de faire de petits changements de manière incrémentale, j’ai tout modifié. J’ai un grand but, une grande envie de changement, il me faut un quotidien taillé en conséquence.

Seul petit détail : le dimanche je ne fais rien du tout. Pas de réveil matinal, pas de sport… C’est le jour consacré au ménage, à la famille et aux amis.

Je me transforme en machine éditoriale

Et afin de suivre cette volonté de laisser une trace, en produisant beaucoup de contenu, j’ai fait la part belle à la rédaction.

En début de matinée et en début d’après-midi je consacre une heure à chaque fois pour rédiger 1500 mots par jour.

Autant vous dire qu’à la fin de l’année, ça fera plus de 450 000 mots, ça va être conséquent ! Machine à écrire Et vous êtes en train de lire les premiers résultats de cette nouvelle routine éditoriale : mon blog vit enfin. Ou en tout cas il commence à revivre.

C’est l’occasion pour moi de partager mes succès, mes échecs et les trouvailles qui font mon quotidien.

L’activité de consultant est volontairement ralentie

Afin de faire de la place à cette nouvelle activité, il me faut faire des concessions ailleurs. Et c’est donc mon activité principale qui en fait les frais.

Le but est que mon « side-project » devienne finalement mon projet principal à terme. C’est à dire que je consacrerai 4 jours par semaine à ma nouvelle entreprise et 1 seul pour l’activité de consultant. Qui, il faut le dire, a beaucoup évolué depuis les débuts.

C’est pourquoi je vais prendre le temps de vous raconter où en sont les choses.

Tout d’abord, j’ai récemment décidé de saborder le référencement de mon site. Tout le travail que j’avais accompli pour apparaître sur de jolies positions comme « création site wordpress », « freelance wordpress » ou autres… a été jeté. J’ai supprimé les pages dans l’optique de disparaître des résultats de recherche.

La raison en est simple : je ne prends plus de nouveaux contrats. J’ai un seul client pour qui je fais du WebMarketing de manière récurrente et je fais la maintenance des sites livrés les années précédentes. C’est tout.

Mais je vais balayer chacune des disciplines pour vous expliquer le pourquoi du comment.

La création de sites WordPress

J’ai commencé ma carrière en vendant du site internet.

Les clients me contactaient avec un projet en tête et je n’étais qu’exécutant. Ils préparaient les textes, les images, l’arborescence… tout, en fait. Il me fallait ensuite installer WordPress, leur trouver un thème qui leur plaisait, ajouter les bons plugins puis intégrer le tout.

Et j’ai fait comme tout jeune freelance qui démarre : j’ai attaqué le marché avec un positionnement low-cost. Un de mes premiers clients m’a même dit que je n’étais pas assez cher. Et pourtant c’était un particulier !

Projet WordPress

Mais j’ai vite vu les limites de mon modèle : il me fallait faire du volume sur des projets qui avaient une énorme part d’imprévu.

Le client pouvait changer d’avis en cours de route, voir que ce qu’il avait imaginé n’est finalement pas bon… Les tâches s’allongeaient et je n’étais pas payé plus pour autant.

Sauf que ce n’est pas tout.

Il est venu un moment où j’ai compris que les consignes de mes clients allaient à l’encontre de leurs propres buts. Ils n’arrivaient pas à comprendre suffisamment internet et le marketing pour prendre de bonnes décisions.

Mais je n’étais qu’un petit prestataire low-cost, je n’étais pas forcément pris au sérieux quand je leur faisais des suggestions.

J’ai alors entrepris de m’auto-former de manière intensive afin de rajouter le référencement à mon offre de services.

En effet, la plupart de mes clients étaient des petites entreprises qui voulaient être visibles. Indirectement, ils voulaient surtout augmenter leur chiffre d’affaires en ayant plus de clients.

J’ai donc packagé mes offres pour qu’elles incluent obligatoirement du conseil en amont du projet web. Puis un soin particulier était porté au référencement du site. Et j’avais également mon mot à dire sur le contenu des pages. J’avais enfin la position que je recherchais : celui de consultant PUIS de l’exécutant.

Je pouvais faire les deux. Mais en conséquence mes tarifs ont augmenté.

Et j’ai alors eu beaucoup de mal à vendre mes nouveaux packages. En effet, ma stratégie et ma cible n’étaient pas en accord avec le marché : j’arrivais facilement à toucher une multitude de petits clients alors qu’il m’aurait fallu atteindre un nombre réduit de « moyens » clients.

Ma communication n’était pas adaptée et je me dis avec le recul que j’aurais pu faire les choses différemment. Aujourd’hui je saurais le faire. Mais peut-être pas hier.

C’est pourquoi je n’ai pas eu beaucoup de regret en mettant fin à l’activité de création de sites pour attaquer le marché sous un autre angle.

Le conseil en WebMarketing

Je me suis d’abord repositionné en consultant en référencement puis par la suite plus généralement en WebMarketing. Et pour finir en consultant en Inbound Marketing, qui définit encore mieux ma philosophie et mes compétences.

J’avais pu me faire la main au travers de mon site et de premiers clients en référencement, afin d’avoir l’assurance de me donner ce titre. Cela faisait des années que j’étudiais le sujet, j’avais même eu pour mentor Laurent Peyrat à une époque.

J’étais prêt, je pouvais appliquer mes stratégies à mes clients. Analytics pour du reporting en webmarketing Mon approche étant très tournée vers le retour sur investissement, j’ai naturellement attiré à moi des clients qui souhaitaient développer leur chiffre d’affaires. Mais qui en même temps savaient qu’il fallait investir pour y arriver. Ce qui n’est pas le cas de la majorité du marché des petits clients.

C’est ainsi que j’ai pu travailler sur du référencement naturel mais également payant et que pour une fois, je considérais être bien payé pour mon travail. Mais avec des tarifs « junior » tout de même.

Petit à petit, ma culture s’est développée et mes expérimentations portaient leur fruit : je me suis permis de sortir du référencement pour toucher un peu plus aux stratégies de manière générale. C’est ainsi que j’ai fait du conseil en ligne éditoriale, en branding, en webdesign, en ergonomie, en emailing, en création de produits…

J’ai commencé à toucher du doigt quelque chose qui me plaisait beaucoup : me voir confier quasiment tout le marketing d’un projet.

La boîte de Pandore était ouverte.

Parce que plus j’expérimentais et plus ça me donnait des idées à reproduire de mon côté. Et c’est finalement pour ça que je lance de nouveaux projets, confiant. Je pars avec des stratégies que j’ai éprouvées chez mes clients. Et ça change beaucoup de chose quant à mes chances de réussite.

C’est pourquoi aujourd’hui, je n’ai qu’un seul client en WebMarketing. Mais lui et moi travaillons sur toutes ces problématiques et j’ai souvent carte blanche. Les résultats sont là et il n’est pas déçu : tous les mois on voit que j’ai de l’impact.

Et bientôt j’appliquerai tous ces acquis pour mes nouveaux projets. Je n’en suis qu’en phase de réflexion et de pré-lancement mais je dois vous dire que c’est passionnant et excitant.

La formation WordPress

Je vous disais que suite à la décision de me remettre à la musique, j’avais du modifier mon activité. Et j’ai effectivement misé sur la formation WordPress : un marché porteur puisque de plus en plus de personnes veulent réaliser leur site seul.

Et de manière macro-économique, WordPress a tout de même le vent en poupe. Beaucoup plus que les autres CMS.

Heureusement, je m’étais déjà fait la main en formant des clients à qui j’avais livré des sites. Et j’étais déjà enregistré en tant qu’organisme de formation. Il ne me manquait finalement pas grand-chose pour me lancer dans cette activité.

C’est pourquoi j’ai fait comme à mon habitude : j’ai attaqué le marché grâce au référencement et ça a payé. Les demandes sont arrivées et j’ai pu remplir sans trop de problème les sessions de formation « inter ». Pour l’occasion j’ai loué une salle de réunion à La Cantine pour les sessions WordPress Débutant et Avancé.

Stagiaires pour une formation WordPress

Mes stagiaires de formation, concentrés

J’ai pu apprendre beaucoup sur la pédagogie et l’art d’amener les idées les unes après les autres. Préparer le contenu de 6 jours de formation a été un travail de longue haleine. Je savais que ça allait être intense mais tout de même pas à ce point.

J’en retiens qu’il faut prévoir 2 à 3 fois le temps de formation pour préparer les supports.

J’ai donc organisé deux sessions de formation différentes à l’automne 2014 et elles ont été financées par le DIF à 80%. En regardant en arrière, on peut se dire que c’était la belle époque !

Depuis le 1er janvier 2015, le CPF est entré en jeu et a tout chamboulé. La conséquence de la réforme est que les salariés n’ont maintenant accès qu’à des formations diplômantes ou certifiantes. Et ce, afin de favoriser l’évolution professionnelle et la reconversion. Ce qui met de côté la quasi-totalité des formations courtes.

En conséquence, cela oblige les formateurs indépendants à arrêter leur activité. (Je vous fais la version courte là, si vous voulez en savoir plus Daniel Roch a fait un billet à ce sujet et je me suis fendu d’un long commentaire)

C’en est donc fini des organismes de formation qui misaient trop sur le DIF. Il reste cependant encore d’autres budgets tels que le Plan de Formation des entreprises (plus approprié pour rajouter de « petites » compétences aux salariés) ou encore les budgets de formation des indépendants.

Sauf que les travailleurs non salariés ont souvent déjà beaucoup de choses à faire et prennent moins la peine de se former.

La conséquence pour mon activité de formation a été immédiate. Je savais déjà qu’il allait falloir repousser mes sessions de formation à la fin 2015, le temps que les réformes se mettent en place. Mais finalement vu la tournure que prennent les choses, il devient très difficile d’exercer.

Un client formateur me confiait même qu’en 2014 ils arrivaient à signer 1 prospect sur 2 grâce aux financements. Ils sont aujourd’hui à 1 prospect sur 15. L’activité s’écroule, les sessions de formation sont annulées et je pense que les potentiels stagiaires repoussent leurs envies de formation à une date indéterminée.

Bref, j’arrête mon activité de formateur WordPress pour le moment.

La maintenance de sites internet

Mais au final, que me reste-t-il en revenus ?

Et bien mon seul client en WebMarketing et la maintenance technique des sites que j’ai livré par le passé. C’est un aperçu succinct, il reste également des clients qui sont en retard ou dont le contrat prendra fin d’ici à la fin de l’année.

Maintenance WordPress

D’ailleurs la maintenance de site est une formule que j’aurais du lancer bien plus tôt.

Au delà de fidéliser les anciens clients et de garder le contact, ils sont sereins. Ils savent que malgré tout ce qui se dit sur Internet, leur site n’a que très très peu de chances de se faire hacker.

Et en cas de problème ils savent que je peux restaurer leur site à une date antérieure grâce à une sauvegarde récente. S’ils ont un souci technique, ils peuvent également me contacter.

Petite note aux confrères qui ne font pas encore de maintenance :

Le forfait de maintenance basique que je propose comprend la sécurisation, la sauvegarde régulière et les mises à jour mensuelles (coeur, plugins) du site. Mais en cas de faille de sécurité, j’interviens également dans les 24h pour aller réparer les problèmes (coeur, plugins, thèmes).
Il y a également des forfaits plus évolués pour les clients qui veulent que je mette à jour leur contenu, qui souhaitent un reporting de leur trafic ou encore du conseil en référencement.
Si vous vendez du site internet, je ne peux que vous inviter à monter une offre de maintenance. Cela prouvera à vos clients que vous serez sérieux et que vous ne les lâchez pas dans la nature. C’est même une marque de professionnalisme : le prestataire souhaite que son travail reste intact et qu’il survive au passage du temps.
Pour ce qui est des tarifs, j’ai eu la surprise de voir sur internet des tarifs exorbitants. Alors parfois il y avait un forfait de maintenance et d’évolution, ce qui justifie le prix. Mais dans d’autres cas, on peut dire que le freelance se gavait.
De mon côté j’ai l’impression d’être tombé sur un pricing honnête et rentable à la fois. Alors faites vos calculs, il est facilement possible de proposer de la maintenance sans y passer trop de temps et sans sacrifier ses tarifs.

Et maintenant ?

J’en ai fini de vous raconter ma situation actuelle, voici en résumé ce qui va animer les prochains mois :

  • Je publierai ici un article par semaine. J’y parlerai entrepreneuriat, webmarketing et développement personnel ;
  • Je deviens rédacteur ultra-régulier sur WPMarmite ;
  • De manière générale je me transforme en blogueur et en entrepreneur, je laisse ma casquette de freelance de côté ;
  • Je vais continuer mon activité principale avec un rythme ralenti ;
  • Et je vais investir énormément de temps pour faire naître mes prochains projets.

C’est un énorme changement dans ma carrière mais il est nécessaire.

Mon quotidien va se muer petit à petit pour laisser plus de place à la contribution et à l’échange. Moi qui ai été enfermé dans ma tour d’ivoire depuis trop longtemps.

C’est un nouveau Nicolas qui va voir le jour et j’espère que vous serez là pour assister à la transformation.
A très bientôt !

Nicolas Richer

À propos de Nicolas Richer

Anciennement Consultant en WebMarketing, je ne vends plus mon temps : je suis maintenant entrepreneur.

Je consacre la plus grande partie de mon temps à aider les personnes qui veulent démarrer sur internet en leur apprenant à créer des sites sous WordPress.

Faites-moi coucou et suivez ma veille sur Twitter.

Ne loupez pas les prochains articles !

Je vous envoie 1 email par mois avec l'avancement de mes projets (exclusif), ainsi que mes derniers articles.

Vous aimerez sûrement les articles suivants :

La conversation continue en commentaire !

6 Commentaires 

  1. David Boudjenah

    J’ai hâte de lire tes articles et je suis certain qu’avec ta motivation a toute épreuve tu iras loin ! En tout cas c’est tout ce que je te souhaite, tu le mérites !

    Répondre
    • Nicolas Richer

      Merci David de tes encouragements.
      Les objectifs et la motivation sont là, maintenant il ne manque plus que la discipline et la régularité. Ce qui n’est vraiment pas facile 🙂

  2. Christophe Gilles

    Article super/super intéressant ! Je me disais la même chose en ce qui concerne l’offre de maintenance (et je viens d’envoyer un devis SANS proposer l’option) :/
    Par contre est-ce que tu peux publiquement indiquer tes tarifs ou pas, ça m’intéresse bigrement ?

    Répondre
    • Nicolas Richer

      Bonjour Christophe,

      Je n’ai plus de tarifs vu que je n’ai plus de clients. Mais à l’époque j’avais une offre de maintenance minimale à 200 € / an.

    • Christophe Gilles

      Ok et pour ce prix tu proposais d’intervenir chaque mois ? Tu proposais quoi pour ce prix (contenu, maj, backup) ?
      Merci

    • Nicolas Richer

      Il s’agissait d’une intervention mensuelle avec mises à jour du coeur et des extensions, scan de sécurité et sauvegarde ainsi que la possibilité d’intervention exceptionnelle en cas de problème.

Envoyer le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *